Location

 

Tattoo flash

 

Stéphane Chaudesaigues was first drawn to tattoos as a young child, and even back then he felt skin art's power and ability to remake the person who wears them in many profound ways. He began tattooing on his own skin when he was 13, and opened his own shop at the age of 19.

 

He has no formal art training, but is passionate about learning. His artwork is informed by innumerable trips to many museums to study painting and sculptures, as well as studying countless books about different techniques of painting and drawing.

 

"And I spent a lot time in tattoo shop asking for information or technical tips," says Stéphane. It was hard because I was very young and I had no money to pay for information, and back then there were no tattoo magazines and no internet!"

 

He persevered and over the past 20 years has become renowned for his photo realism and portraiture work, usually rendered in black and grey, but he relishes each and every chance he gets to work with strong, solid colors. He also really likes art from the 1930's and floral ornaments, a style he interprets for some of his tattoo designs. Above all he always likes to put "some poetry" into the designs he creates.

 

"I don’t do any tribal or Japanese-style designs because I don’t have any clue about the culture and symbolism behind these images and I don’t want to do something wrong or something I don’t fully understand. There's a very deep magic about these kinds of tattoos when you truly know the origin and meaning of the imagery, and (for Japanese traditional tattoos) when you are tattooed by a real Japanese master," says Stéphane.

 

In his own skin, Stéphane wears work by Shane O’Neill, the only person he's collected work from for the past five years.

 

 "Shane is a good friend of mine who is tattooing me. I like his personality and he is very talented. I have work by Guy Aitchinson and Robert Hernandez too. I like to be tattooed by people I admire. I am also inspired by architecture, other tattoo artists, painters like Mucha, photographers such as Doisneau, and slices of everyday life."

 

Stéphane's dream client would be someone with very white skin, skin that really shows all the different tones of grey as he works on the tattoo as well as afterwards.

 

"I also like to have client with a rich personality so he can become my friend. My dream situation is when a customer comes to me and gives me a subject for the tattoo and lets me create the image. My favorite clients of all are the clients who are happy with their tattoo!"

 

He's noticed that sometimes when clients start to talk to him that they appear to feel a little intimidated, which bothers him a bit.

 

"I don’t feel like I am scary, maybe the fact that I don’t speak English creates a kind of distance? So I would like to tell people that I always have someone who can translate English to French with me so please don’t be afraid to talk to me, I am a nice guy -- at least I hope I am."

 

Stéphane enjoys being a tattooist for many reasons, but top of the list is that a tattoo artist can "be free and live outside of society but also has the money to feel free to do whatever he wants."

 

When he's not working, he enjoys spending time with his children and his granddaughter, as well as body building with my son and friends. His vision for the future is growing his family business. The family team has several projects in the works, such as the "Chaudesaigues Awards," that they would like to give to an artist who has been selected by a jury of international tattoo artists, after they review a comprehensive portfolio of work in whatever mediums that artist works with.

 

The first Chaudesaigues Award will be presented at "The Best in the Midwest" convention, which will be held February 10-12 2012 at the Mid America center in Council Bluffs, Iowa.

 

The winner will receive an amazing piece of art in bronze, made especially for this event by Stéphane's brother Patrick (who has created custom awards for conventions for over 20 years), as well as a U.S trip (for Europeans) or a European trip (for Americans), a meeting with a tattooist that the winner admires, a free entry pass for major art museum and an article about him or her in a tattoo magazine.

 

"It’s a big and exciting project. It was important for me that the 1st award will be presented in the USA, because that's where my career started, American magazines and clients trusted me and my work. I am very proud of that," says Stéphane.

 

Patrick and Stéphane are also working together to develop a collaboration concept of Patrick's which is called "Tatouage 21." The goal is promote and develop skin art, provide a health information center (focused on a new French health law) and a forum where all tattooists can share information, ask and answer questions and show their work.

 

"Through Tatouage 21 we will try to offer seminars from famous tattooists all over the world. We would like to have tattooers with different styles and techniques come to teach in France, so we can all discover different way to tattoo. These seminars would be by professionals, for professionals only of course. We are working on it and hope to announce the dates and name of the artist who will be giving the first seminar soon."

 

Tatouage 21 is always wrapping up a project on Fused Tattoo Machines, handmade machines created in collaboration with other tattoo machine builders, and would love to present a convention in France … " but I don’t know when that will happen," says Stéphane. "I really need more than just 24 hours in each day."

www.stephanechaudesaigues.com

www.chaudesaigues-award.com

 

 

Inked #1

 

Dans son costard moitié dandy, moitié voyou, Stéphane Chaudesaigues y va cash : «j’ai débuté, je n’avais pas de tunes, on crevait la dalle, je tatouais avec mon môme entre les pattes». «Ca fait un peu Zola», ironise-il «mais c’est avec le tattoo que j’ai pu remplir le frigo. J’ai quarante-trois ans aujourd’hui et je suis fier de m’être sorti de ma condition sociale d’origine grâce au tattoo».

Flash-back. Fin des seventies. Une cité dans cette zone qui cerne Paris et qu’on appelle déjà la banlieue. Stéphane Chaudesaigues grandit là, dans ces blocs où envisager l’avenir revient à se cogner contre un mur. Il n’y a pas grand-chose d’autre que le sport pour échapper à sa condition, pour s’évader de la cité. Avec un pote, boxeur pro, la boule d’énergie qu’est toujours Stéphane s’essaye au noble art. Mais, trop lourd, à l’époque, pour boxer à un haut niveau, il doit passer à autre chose. Le papa, le grand frangin sont tatoués et ça captive Stéphane, qui, précoce et au risque de fâcher toute rouge sa maman, se pique lui-même, à l’arrache, à… 11 ans. Ces tatouages plus symboliques qu’artistiques, signes distinctifs d’appartenance à la marge, cette «culture de loubard» le fascinent. Tout ce que trimballe le mot de tatoueur aussi. Et bien qu’il ne sache rien de ce métier, Stéphane Chaudesaigues se lance. À l’adolescence. Avec de bonnes vieilles aiguilles de couturières trempées dans l’encre et son propre corps comme premier client.

Difficile à l’époque de dégotter des infos sur les techniques de tatouage. Les tatoueurs se font rares en France. Stéphane glane quand même, chez les anciens, quelques petits secrets. Et il traîne les musées comme celui du Louvres, pas très loin de son atelier parisien d’aujourd’hui. Et se plonge dans les bouquins, dévore tout ce qui lui tombe sous la main pour découvrir les différentes techniques de dessin et de peinture. Un apprentissage qui lui bouffe tout son temps et son énergie. Mais qui paye. Stéphane Chaudesaigues assimile, tout, des sanguines au crayon en passant par l’aquarelle, l’huile, le fusain. Une attirance pour la technique intacte, aujourd’hui encore, chez le tatoueur : «le lavis ? Rien d’autre qu’une encre diluée ! C’est la technique que les tatoueurs utilisent pour faire des gris différents ; il te suffit d’avoir un noir, un gris foncé, un gris clair, la couleur de la peau éventuellement et un peu de blanc pour faire les hautes lumières et tu as gagné». «Même histoire avec le crayon» poursuit le toujours speed Stéphane Chaudesaigues, «tu pars d’un crayon très gras genre 8B pour finir avec un HB et un 2H et t’es le roi du couscous !».

Une soif d’apprendre, donc, phénoménale. Et toujours l’envie de faire aussi bien sinon mieux que les autres «À l’époque» se remémore-il «tout le monde tatouait avec des gros traits qui diffusaient. Donc, dès que quelqu’un faisait un tatouage avec des traits fins comme des cheveux… Je me souviens d’un type qui traînait aux Puces de Clignancourt, sa tête de loup faite avec une aiguille suffisait pour reconnaître le gars qui l’avait réalisé comme un véritable artiste tatoueur». Artiste, le mot est lâché. Stéphane en est un. Il en a le talent, l’extrême sensibilité. Et une créativité qui ne se limite pas au tattoo même si c’est pour lui «un peu plus que le simple fait d’imaginer un dessin et de l’effectuer ensuite sur la peau de quelqu’un». Photos, toiles, dessins, Stéphane Chaudesaigues touche à tout jusqu’au design d’une classieuse paire de Richelieu pour le célèbre chausseur John Lobb.

Mais Stéphane Chaudesaigues ne s’est pas fait en un jour. De son appart où il tatoue quelques potes, il migre vers le Sud où vit son frère et ouvre, en 1987, sur quelques mètres carrés, son premier shop à Avignon. Un lieu où il continue à apprendre : «toutes les techniques pour évoluer et pour essayer de sortir un peu du lot étaient bonnes à prendre. Il fallait aller chercher l’information partout pour essayer d’être créatif et trouver sa petite voie. Mais, à cette époque-là, cette information était payante. Un exemple ? L’adresse d’un fournisseur aux États-Unis, coûtait environ 10 000francs (1 500?€). Un tatouage était par conséquent hyper cher ; il y avait peu de tatoueurs et proportionnellement beaucoup de demandes. Pour situer, un beau tatouage était équivalent à environ le tiers d’un salaire moyen?».

Parmi les rares tatoueurs français de ces eighties, quelques-uns vont marquer Stéphane : Alan à Marseille, Tin-Tin à Paris, Bébert à Annecy ou bien encore le regretté Joe Marina de Nantes, un des pionniers du réalisme. Un style que Stéphane Chaudesaigues va faire sien. «Je pense que j’ai besoin d’être rassuré en essayant de faire un nez qui ressemble à un nez» rigole-il dans l’épatante biographie qu’il livre sur son site internet. L’étiquette, presque impossible à décoller, du nom qui en devient par la même une marque de fabrique, c’est réalisme (même s’il s’échappe parfois – quelques-uns de ses dos en témoignent vers le sur… réalisme) avec une très nette prédilection pour le portrait, découvert «en en voyant passer un, fait par un Américain ; je me suis dit : on va essayer !».

Comme à son habitude, Stéphane Chaudesaigues va faire mieux qu’essayer. Et bluffer jusqu’à ses influences américaines (Shane O’Neill, Jack Rudy, Tim et James Kern, Kari Barba, Bernie Luther, Mike Devries, Joe Capiobianco ou bien encore Bill Funk et sa femme Anna Peige qui l’invitent régulièrement à tatouer chez Body Graphiks à Philadelphie) en remportant un prix, dès 1993, dans une convention américaine où les Européens en général et les Français en particulier passent encore complètement inaperçus.

Parce que fort de son background d’autodidacte et de ses perpétuelles remises en question, Stéphane possède ses propres techniques comme celle du gris coloré, mise au point il y a quelques années, notamment avec un portrait de Marcel Cerdan (la boxe toujours !) ; des noirs plus ou moins dilués qui permettent de gagner en profondeur, en luminosité, en réalisme. Même principe de dilution pour ses effets sépia qui rappellent les photos d’avant. Photo ? Réalisme ? Stéphane ne récuse aucun de ces termes, en fan des célèbres studios Harcourt où, depuis 1934, tout ce que le monde a produit de créatif s’est fait tirer le portrait, en noir et blanc : de Marcel Cerdan (naturellement) à Dali, de Cocteau à Gabin. Gabin. Oui, celui de La Bête Humaine, film de Jean Renoir d’après le bouquin de Zola. La Bête Humaine comme l’enseigne de l’atelier que Stéphane Chaudesaigues a ouvert à Paris en 2006, à l’ombre de Beaubourg, à l’orée du quartier du Marais.

Une ouverture qui marque un changement presque radical dans sa vie de tatoueur professionnel : «j’avais envie de revenir aux sources, de retrouver cette ambiance d’atelier, de boutique où on prend plaisir à travailler, que j’avais connu dans le début des années quatre-vingt?». Un lieu plus intimiste («j’aime cet aspect de la boutique de tatouage qui donne sur la rue, avec un côté un peu rétro») destiné à une clientèle d’amateurs éclairés. Stéphane Chaudesaigues y tatoue, sur rendez-vous, des Parisiens et des clients internationaux pour lesquels, s’arrêter à Paris s’avère moins prise de tête que de descendre dans le sud.

Ce sud, il y reste pourtant attaché. Sa famille (peut-être, pourrait-on même écrire, sa tribu) y est installée. Dans le tatouage. Une family affair, chez les Chaudesaigues, le tattoo. Le frère aîné (de six ans), Patrick, pique à Limoges et à Brive-la-Gaillarde et fabrique des machines à tatouer. Ses deux filles, Cindy et Sabrina ainsi que son fils Julien sont, pareillement, tatoueurs. Steven, le fils de Stéphane qui traînait dans les pattes de son père au début de l’histoire, voulait tatouer dès l’âge de 5 ans. Il s’y est collé à 16 et, à aujourd’hui 24 ans, bosse à Avignon. «Très fier du parcours» de Steven, il livre à son sujet ce qui ressemble quand même pas mal à une parfaite définition du métier de tatoueur : «mon fils porte deux casquettes. La première pourrait être celle de l’artisan puisque tu vas voir un tatoueur pour que le travail soit fait dans les règles de l’art, exactement comme tu emmènes tes chaussures chez un bon cordonnier. Steven connaît son métier et respecte le client dans le cadre d’une prestation de services. Ensuite, il essaye de développer de façon plus personnelle ce que l’on peut appeler un style». La famille, ça lui tient à coeur à Stéphane Chaudesaigues. Vraiment. «Ma réussite ne tient pas simplement au fait d’avoir plein de boutiques, mais plutôt d’avoir pu élever mes six enfants dans de bonnes conditions, en tout cas, meilleures que celles dans lesquelles j’ai grandi».

Avec aujourd’hui six salons (sur les douze ouverts il y a quelques années), sous l’enseigne Graphicaderme à Valence, Nîmes, Orange, Avignon, Vaison-la-Romaine et La Bête Humaine-Atelier 168 à Paris, Chaudesaigues est un nom qui pèse dans le monde français du tatouage. Un hexagone sur lequel Stéphane a son opinion : «pour un si petit pays, il semble qu’il y ait une palette d’artistes très diversifiée, beaucoup de styles et beaucoup d’écoles représentées ; ce qui rend le paysage français du tattoo extraordinaire». «On a quand même un petit côté conservateur qui nous pénalise» nuance-t-il «mais même par rapport aux Anglo-Saxons, je n’ai pas honte d’être Français». Un Français qui continue à voir ailleurs, à participer chaque année au californien Ink’n’Iron : «les Ricains ont eut une grosse poussée ces dernières années en matière de tatouages réalistes et de portraits, mais il faut aussi regarder du côté des pays de l’Europe de l’Est qui possède des artistes vraiment excellents ;  c’est du grand, du lourd, et ils sont jeunes».

Une jeune génération avec laquelle pourtant, Stéphane Chaudesaigues n’est pas toujours très tendre. Avec ce franc-parler qui est aussi sa marque de fabrique, Stéphane n’hésite pas à balancer : «Il y a quelque temps, dans les bonnes familles, si on ne savait pas trop quoi faire du rejeton, on le casait comme poète ou écrivain… aujourd’hui, on en fait un tatoueur, parce que c’est l’artiste, le rebelle, parce que ça marche et que ça s’inscrit bien dans la société actuelle». Inutile de préciser que cette tendance dans le monde du tattoo n’emballe pas plus que ça Stéphane Chaudesaigues…

Qui, semblant assumer ses contradictions, encourage vivement ses confrères, «même s’ils sont par définition un peu marginaux, introvertis, avec un côté fuck le système» à rejoindre le Syndicat National des Artistes Tatoueurs (S.N.A.T.) dont il est, évidemment, membre (il était de la manif historique de décembre 2005 devant le ministère de la Santé).

Ce self-made-man comme l’écriraient ses potes ricains est-il donc définitivement installé ? Pas sûr, Stéphane Chaudesaigues reste, pour reprendre une de ses expressions favorites, un «écorché vif ».

 

François Chauvin

 

www.stephanechaudesaigues.com